La Wallonie à la pointe du respect animal

La Wallonie à la pointe du respect animal

par dine

WouftripBlogDivers La Wallonie à la pointe du respect animal

On avait déjà entendu parlé de la possible mise en place d’un permis pour détenir un animal en Wallonie, mais le gouvernement libéral wallon va encore plus loin et vient d’approuver le « code de bien-être animal ».

Un permis pour détenir un animal

Chaque citoyen aura automatiquement ce permis, mais il pourra être retiré par décision de justice à toute personne condamnée pour maltraitance animale. La liste des personnes n’ayant plus de permis de détention d’un animal sera gérée informatiquement via une base de données.
Ce système de fonctionnement comporte certes des lacunes car cela n’empêchera pas un mauvais propriétaire de détenir un premier animal et cela implique donc qu’il y aura une première victime animale avant de voir cette personne se faire retirer son permis, mais il se pourrait que ce soit le seul moyen possible à mettre en place dans un délai assez court et financièrement et administrativement réaliste.

Des amendes plus lourdes et des peines de prisons

Le code de bien-être animal prévoit aussi des poursuites judiciaires dans les cas de maltraitance, de négligence et même d’abandon. Dans les cas les plus graves, des peines de prison de 10 à 15 ans pourront être requises ainsi que des amendes pouvant atteindre jusqu’à 10 millions d’euro. Dans des cas moins graves, ne nécessitant pas l’intervention d’un juge, les amendes administratives pourraient monter jusqu’à 100 000 €.

Le bien-être animal y compris chez les professionnels.

Le code du bien-être animal ne s’appliquera pas uniquement au domaine privé mais ira aussi faire appliquer les idées qu’il défend dans les secteurs professionnels et ceci de plusieurs façons.
Il prévoit l’interdiction des manèges à poney, l’élevage de poules pondeuses en cage mais aussi la détention de cétacés par les parcs aquatiques et encore plus loin avec l’interdiction d’expérimentations sur les animaux.
Ce texte impose aussi l’installation de vidéosurveillance dans les abattoirs, le gouvernement wallon va donc au bout d’une idée qui avait aussi été évoquée en France, mais où nos politiques n’ont accepté qu’une période d’expérimentation dans des abattoirs volontaires….autant dire que ce projet n’a rien donné.

Ce texte devra encore être débattu par le parlement local puis voté par le conseil d’état avant de pouvoir entrer en vigueur. Espérons que ce code du bien-être animal sera définitivement approuvé et ne perdra pas trop de substance en chemin !

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *