LIDM #9 – Et si vous n’aviez le droit de posséder qu’un seul chien ?

LIDM #9 – Et si vous n’aviez le droit de posséder qu’un seul chien ?

par dine

WouftripBlogInsolite LIDM #9 – Et si vous n’aviez le droit de posséder qu’un seul chien ?

Aujourd’hui dans les insolites du mercredi nous allons nous intéresser à la législation de la Chine!

La saviez vous?

La Chine a longtemps suivi la loi de l’enfant unique, loi controversée qui a pu conduire à de terribles dérives. Mais depuis début 2016, cette loi a été modifiée, permettant qaux familles de pouvoir accueillir un second enfant. Ceci dans le but de rééquilibrer la population et surtout de la renouveler. Voici une belle avancée sociale, même si nous sommes encore loin d’une liberté absolue puisqu’au delà du second enfant, il faut tout de même demander une autorisation.

Mais alors que la Chine gagne un peu en liberté pour fonder une famille, depuis 2006 à Pékin et depuis 2011 à Shanghai, les chinois ne peuvent plus choisir d’avoir un second chien! Et oui, une politique du « chien unique » a été adoptée et limite donc les propriétaire de chien à n’en avoir qu’un seul.

Pourquoi ?

Alors qu’a une époque il était interdit pour le régime communiste de posséder un chien, car cela était vu comme une dérive bourgeoise, aujourd’hui, les chinois raffolent d’animaux de compagnies à quatre pattes; Nombreux sont ceux qui les dorlotent et les habilles comme ils le feraient avec un enfant… ou pire, certains n’infligeraient sans doute pas de tels accoutrements à leur progéniture !

Bref, avoir un chien en Chine est devenu une mode et un business très lucratif !

A Shanghai, on compte près d’1 million de chiens pour 24 millions d’habitants et en Chine près de 100 millions d’animaux domestiques déclarés..

C’est pour cela qu’a Pékin et Shanghai, les autorités ont décidé de voter cette loi afin de lutter contre les nuisances sonores, olfactives ou encore les risques de morsures.

A votre avis, est ce une mesure de précaution qui se justifie ? Ou est ce un abus des autorités ?

 

Source: Libération

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *