Communiquer autrement avec son compagnon… à 4 pattes, grâce à la Communication Intuitive.

Communiquer autrement avec son compagnon… à 4 pattes, grâce à la Communication Intuitive.

par dine

WouftripBlogTémoignages Communiquer autrement avec son compagnon… à 4 pattes, grâce à la Communication Intuitive.

Aujourd’hui Nathalie partage avec nous une expérience plutôt atypique : elle a testé la communication intuitive autrement appelée aussi communication animale.

Il ne s’agit pas dans cet article, de faire l’apologie de la communication animale ou d’en faire la critique. Il s’agit du témoignage d’une personne qui, à bout de solutions, a voulu tenter une autre approche. Chacun est libre de se faire son idée, d’y croire ou non, nous ne sommes pas ici pour convaincre mais pour partager une expérience vécue.

Nous laissons maintenant la parole à Nathalie ci dessous.

Une solution alternative : Pourquoi ?

Depuis qu’il est petit, Irmo a un problème avec les promenades. Il n’aime pas ça…. Enfin si, il aime ça, mais seulement si c’est lui qui décide du chemin. Et de la durée. Bref, c’est lui le boss. Sans raison apparente, au beau milieu de la promenade ou sur le chemin du retour, il bloque. Il «bug ». Il se raidit et se « plante » de toutes ses forces dans le bitume en nous adressant un regard noir. Ses yeux nous disent « nan nan, je refuse, je n’avance plus, je veux pas aller par là ». Vous pouvez tirer sur la laisse, négocier, l’amadouer, le menacer, faire le pitre, le soudoyer avec une croquette… Que vous soyez en retard pour aller au boulot, qu’il pleuve des cordes, que ce soit au milieu d’un passage piéton, rien à faire…
Nous avons adopté sa petite sœur, Java (qui elle adooooore marcher, ouf), et les premiers temps ça a fonctionné. Il ne voulait pas rester en arrière, donc il avançait. A contre-cœur parfois.
Et puis ça a recommencé. Le bug. Et là… Java a commencé elle aussi à ne plus vouloir marcher. Si Irmo, son dieu, son modèle, son tout, refuse de marcher c’est qu’il a de bonnes raisons. Donc elle n’avance plus non plus. Deux paires d’yeux sombres, ronds et insondables comme des billes nous fixent avec un air de reproche.

Alors nous nous sommes tournés vers un premier puis un deuxième comportementaliste.
La première avait une solution radicale : nous devions nous positionner derrière Irmo et taper des pieds pour lui faire peur et le faire avancer ! Bien sûr, à part effrayer Irmo ça n’a rien donné…
Le deuxième, lui, nous a dit qu’on ne jouait pas assez avec notre chien. Il fallait tourner autour des arbres, courir, grimper, emporter un jouet et le faire couiner…. OK. Bon on est un peu connus dans le quartier mais c’est pas grave. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour Irmo… Déjà que les gens se demandent pourquoi on traverse plusieurs fois de suite dans tous les sens… Ah oui parce que jusqu’à maintenant c’est le seul moyen qu’on a trouvé ! Le stimuler en lui disant d’un air enjoué « on traverse !!! » Et là, hop, ça marche. Souvent. Parfois…

La démarche

Un peu de sérieux.
Ayant entendu parler de la « Communication Animale », nous nous sommes renseignés sur cette méthode de communication intuitive qui ressemble un peu de la télépathie. Des communicateurs animaliers arrivent à entrer en contact avec le mental de l’animal pour échanger des informations sous forme d’émotions, d’images, de sensations. Le communicateur ressent et traduit spontanément ce que l’animal envoie comme message (pas seulement les chiens : les chevaux, les singes, les oiseaux, tous…). Les communications se font pour des problèmes de comportement, mais aussi si l’animal est malade, s’il est en fin de vie, et aussi après. Ils ont des choses à nous dire, et la barrière du langage peut ainsi être levée. On y croit ou pas. C’est étonnant c’est sûr. Et pour des cartésiens… ça interpelle. De recherches en lectures, d’émissions de télé en webconférences, nous avons décidé d’essayer et la perspective de rentrer en contact avec Irmo a été très tentante.

Il était évident que nous choisirions quelqu’un de sérieux et reconnu dans ce domaine. Nous voulions éclaircir ce problème de promenade plus deux ou trois petites choses. Par exemple de savoir s’il était heureux. Car Irmo est un petit chien qui a souvent l’air triste, qui est parfois assez distant. Est-ce qu’il n’était pas heureux avec nous ?

 

Rendez-vous pris avec la communicatrice, une jeune femme basée en Californie, et qui anime régulièrement des conférences-ateliers en France et en Espagne, il nous a fallu être patients. Contact pris en octobre 2016, la première date possible était le 30 Janvier 2017. La séance se déroulerait par Skype, car la proximité n’est pas nécessaire. La télépathie se pratique qu’elle que soit la distance.
On nous a demandé dans un premier temps de décrire Irmo, son entourage, son environnement, sa façon de vivre, la présence ou non d’autres animaux, d’envoyer une photo de lui, et bien sûr d’expliquer la raison de notre démarche.

La séance

Nous étions impatients de vivre ce moment avec lui.
Le 30 janvier, à 21h30, la connexion Skype a été établie. Très chaleureuse et ouverte, la communicatrice nous a tout de suite mis en confiance.
Nous avons un peu reparlé du « problème » et de l’évolution de la situation depuis octobre. La communicatrice nous a écoutés puis nous a dit avoir déjà communiqué avec Irmo quelques jours auparavant. Nous n’avions rien remarqué ! on s’attendait à voir Irmo réagir quand il serait en contact avec elle, et là on apprend qu’ils ont déjà échangé et on ne s’est aperçu de rien. Irmo aurait fait savoir que, c’est vrai, il n’aime pas marcher… enfin ça n’est pas qu’il n’aime pas mais il a un mauvais souvenir qu’il lui a « raconté ». Il se plaint d’avoir eu « mal aux pattes, très mal » et il évoque un terrain « irrégulier » quand il était petit. De fait, il craint les promenades par peur de se refaire mal. Au premier abord, et comme nous habitons en ville entourés de bitume, cette explication nous a paru étonnante. Mais en cherchant un peu, c’est vrai que les premiers jours avec lui nous étions en province et dans une maison entourée de graviers. Serait-ce ça qui lui a laissé ce souvenir cuisant ?
Quelques jours après, en discutant avec la famille, on nous a reparlé de la première visite d’Irmo chez un véto : il avait alors 5 mois, c’était un petit bonhomme, nous étions allés marcher dans les dunes, en bord de mer, et Irmo avait peu apprécié le sol jonché d’épines de pin. Pourtant il n’avait rien manifesté, c’est un dur-à-cuire notre Momo. Le sol était dâmé, cela ne semblait pas poser de problème. Et le lendemain matin, en le voyant boîter, nous l’avions tout de suite emmener chez le vétérinaire qui avait constaté qu’il s’était blessé sous la patte avant, et avait très mal aux coussinets ! il n’avait rien « dit », rien montré. Il a toujours été très résistant à la douleur, et là vraiment nous étions 4 à n’avoir rien perçu ! Et voilà que c’est la communication qui fait remonter cette histoire. Lui s’en souvient ! Plus de 3 ans après, il en a gardé une crainte des promenades, surtout en forêt ou sur « sol irrégulier » (c’est l’image qu’il a envoyé à la communicante).

La discussion se poursuivant entre nous et la communicatrice, Irmo est allé se coucher sur coussin, où il s’est endormi tranquillement, du sommeil du juste…
Nous sommes quand même curieux de savoir s’il est heureux, s’il va bien, et la communicatrice nous dit qu’elle va recommencer à échanger avec lui. Elle nous demande de faire silence, de ne pas l’interrompre si nous l’entendons parler. Elle cherche une bougie, se met en condition, se concentre. Chez nous le silence règne. Je regarde Irmo. Et je le vois qui se réveille, relève la tête et semble « écouter ». Il gémit un peu, tranquillement, comme s’il parlait ou réagissait à quelque chose mais sans angoisse. Il reste comme ça quelques minutes, attentif, puis il pousse un gros soupir, et repose la tête sur ses pattes, et se rendort. La communicatrice revient vers nous, pour nous dire qu’Irmo dit qu’il est heureux, qu’il se sent bien chez nous, il aime son environnement, son foyer. Il lui a envoyé l’image d’un homme auquel il est très très attaché, qui est pour lui son « référent » (terme employé en communication animale) et cet homme c’est son maître. Non pas qu’il n’aime que lui, mais lui c’est… LUI. Les animaux se choisissent un référent, et dans un couple ou une famille, il n’aime pas tout le monde de la même façon. Comme les humains en fait…

Nous avons encore discuté un bon moment, d’autres sujets plus personnels sur lesquels Irmo a réagi en lui envoyant des images et des sensations. Toutes se sont révélées très pertinentes, il a « évoqué » des histoires familiales, par exemple, qui se sont révélées très justes, précises quant aux personnes concernées. C’était étonnant d’entendre une inconnue évoquer sans les juger des situations qu’Irmo a intuitivement perçues et qu’il gère comme il peut dans sa petite tête de chien. Les grosses charges émotionnelles qui nous affectent parfois ont un impact sur lui, même s’il ne montre rien.

En fin de compte

Cette séance, qui a duré 1 heure, a été très riche, étonnante et très bouleversante. Pour ce qui est du problème des promenades, difficile de savoir si et quand cela va évoluer. La communicatrice a parlé à Irmo pour le tranquiliser, lui redonner confiance, le rassurer sur la protection que nous lui apportons et lui transmettre nos messages.

Elle nous a demandé de lui donner des nouvelles, dans quelques semaines, le temps de voir si quelque chose change. Mais en tout cas, nous savons aujourd’hui que son refus de marcher parfois a une origine, une raison, que nous avions oubliée. Inutile de le brusquer, ou de faire le clown, il faut savoir l’écouter et prendre en compte ses angoisses. Et nous sommes sûrs maintenant qu’il est heureux avec nous, malgré son air parfois boudeur et son caractère introverti….

Toute l’équipe espère que Irmo réussira à oublier ce mauvais souvenir et à apaiser ses craintes. Nous posterons des nouvelles de Irmo pour voir si cette solution alternative aura aidé Irmo et ses maîtres à passer un cap !

N’hésitez pas à poster vos questions en commentaire, l’équipe et Nathalie ne manquerons pas d’y répondre, que vous y croyiez ou non, le débat n’est pas interdit, mais veillez à rester courtois !

 

Commentaires

Avatar de TRAN HUU
Par TRAN HUU le 24-02-2017 à 02:50
Vraiment je suis tellement impressionnée comment faire s'il vous plait pour pouvoir faire la même chose avec ma boule de poils ?
Avatar de El investigator
Par El investigator le 23-08-2019 à 08:44
Bonjour, Ce témoignage est fort intéressant, cependant, il y a un point qui m'interroge, la distance semble ne pas un facteur important dans la qualité de la "conversation", dans ce cas pourquoi devoir organiser une conversation Skype en vis a vis alors que 4 jours plus tôt une "connexion télépathique" a eu lieu avec le chien sans que ses maîtres ne soient au courant et sans qu'aucun medium de communication concret ne soit actif ? (Je suppose qu'irmo n'a pas lancé Skype sans l'accord de Nathalie lors de la conversation précédente).
Avatar de dine
Par dine le 02-09-2019 à 09:12
Bonjour, Je pense que la conversation Skype était avant tout pour communiquer avec les maîtres et faire le point avec eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *